MIOF Médecins et Infirmières contre le Don d'Organes en Fin de Vie

Penser le Don d'Organes jusqu'au Bout

 

Les arguments suivants sont avancés pour interdire le don d’organe en fin de vie:

1) Seuls des organes vivants peuvent être transplantés. Les donneurs sont donc encore vivants lors du prélèvement, qui provoque leur ­décès.

 

2) La médecine de transplantation ne sait pas ce qui se passe pendant le processus de mort au ­niveau de la conscience, ni au niveau psychique et intellectuel, mais fait comme si elle le savait.

 

3) La médecine de transplantation prélève des organes à des personnes en mort cérébrale. Cela signifie implicitement que seule la mort cérébrale est importante, mais que celle du corps et des autres organes ne compte pas dans le décès d’une personne. Cette hypothèse ne peut être prouvée.

 

4) La médecine de transplantation transplante des organes vivants. Elle intervient donc dans la vie – celle du donneur aussi – et il convient de prouver qu’elle ne porte pas préjudice à la vie des donneurs. Ce qui est impossible.

 

5) Le processus de mort n’est pas terminé au moment du prélèvement d’organes et est donc perturbé.

Nous rectifierons ensuite les informations trompeuses véhiculées dans l’opinion publique sur le concept de mort cérébrale et sa survenue et présenterons les conclusions actuelles des débats internationaux.

à suivre

  • Facebook Social Icon

ÄPOL Ärzte und Pflegefachpersonen gegen Organspende am Lebensende, Winterthur, Schweiz

Kontakt: aepol@gmx.net

Haftungsausschluss: Diese Website wurde mit der grösstmöglichen Sorgfalt erstellt. Dennoch können wir für die Richtigkeit und Vollständigkeit aller Angaben keine Gewähr übernehmen. Auf dieser Website erscheinen Links zu anderen Seiten und Websites. Für die Inhalte dieser verlinkten Seiten und Websites ist der jeweilige Anbieter oder Betreiber der Seiten verantwortlich.